Netgothfr - Chroniques



N°: 63

SYMPHONY X + HEADLINE

19 Octobre 2003, L'Elysée Montmartre, Paris (75)


Les photos figurant dans cette chronique ne sont pas libres de droit. Prière de bien vouloir contacter le photographe pour toute utilisation.
The pictures contained in this report are copyrighted. Please contact their owner for any use.





(Photos et vidéos par Richter, chronique par Renaud)


Belle affiche ce soir là... Belle affiche mais gageure pour Headline : Parce que Symphony X, et parce que le créneau des groupes à chanteuse anglophone est déjà bien représenté, entre Nightwish, The Gathering, Within Temptation, Edenbridge, After Forever et consorts (n’oublions pas non plus les jeunes et sémillants The Last « Gosha will you marry me » Embrace). Ceci dit, sa touche métal prog faisait d’Headline une première partie plus que crédible, pour les têtes de file (haha) de Symphony X et un digne représentant de la scène heavy hexagonale (avec Kyo et Superbus - Hinhinhin).

Pour Symphony X en revanche, c’était pour ainsi dire du tout cuit... Avec six albums et un style déjà bien défini depuis le troisième opus - The Divine Wings Of Tragedy, Symphony X est sans doute pour l’instant à l’apogée de sa carrière, au point de presque voler la vedette à Stratovarius dont ils assuraient la première partie lors de leur précédente scène.


LE CONCERT DE HEADLINE







Ouverture symphonique, playlist piochant dans les divers albums et architecture plutôt classique de titres faisant s’affronter guitare et clavier, Headline applique une recette efficace qui bénéficie en plus d’une infrastructure technique offrant (à l’heure prévue) un son correct et des éclairages de qualité. Notons au passage la touche de convivialité toute française des Headline, ponctuant leur passage d’apostrophes au public. Le moment fort ? Ma foi... Exorcise Me ?


LE CONCERT DE SYMPHONY X







Six albums disions nous, tous dotés d’une atmosphère particulière et de leur lot de morceau de bravoure technique, il n’en faut pas davantage pour faire de chaque concert de Symphony X une démonstration, un récital et une épopée. De retour à L’Elysée Montmartre après la tournée de V, le précédent opus, les virtuoses américains étaient attendus de bière ferme par un public en majeure partie conquis d’avance. Un coup d’œil indiscret sur la playlist nous apprenait que nous aurions droit, hormis les pièces les plus représentatives du dernier alboum - The Odyssey, dont le titre éponyme en rappel, monolithe d’une vingtaine de minutes, à des pièces extraites des trois précédents albums : V, Twilight In Olympus et The Divine Wings Of Tragedy.

Le groupe ne s’y trompe pas plus que les fans, et si les perles de The Odyssey sont d’une indéniable agressivité sur scène, l’effet produit n’est en rien comparable à la vague d’euphorie qui traverse la salle aux premières notes d’Evolution et de son refrain épique à n’en plus pouvoir, Of Sins And Shadows, ses riffs martelés et son break de chœurs « à la Queen », Smoke And The Mirrors ou encore The Accolade (introduite par un petit rappel historique Russell, docte pédagogue) suivie immédiatement par The Accolade II, extraite de The Odyssey.

Pour ceux qui avaient la chance d’être assez près de la scène pour distinguer les mains de Michael Romeo, une fois encore une grosse claque tant pour les guitaristes de formations que pour les autres... « Yngwie qui ? » (la forfanterie en moins qui plus est). N’ous n’épiloguerons pas sur la présence de Russel Allen, les lignes irréprochables de Michael Lepond ou les arpèges aériennes de Michael Pinella, tout ce beau monde baignés dans des ambiances de pourpre et de bleu nuit aussi chaudes, grandioses et classieuses que leurs aubades aux anciens dieux.




En guise de conclusion, gratifions d’une part Headline pour leur professionnalisme enflammé sur scène... et leur hospitalité bon enfant en coulisses (la preuve en photo – « sacrés français »). D’autre part, les pourfendeurs de l’image d’Epinal d’un métal comme musique binaire de bûcherons... Que nenni ! Du ternaire, du leitmotiv, de l’apex, du haut genre, de l’épique, de l’âme, du cœur et de la cuisse, Symphony X ! Bref, on en redemande... Merci madame, merci messieurs et à la prochaine.

Sepul-râle-ment vôtre,

Renaud / evil.muffin.666


LES VIDEOS
(Clic droit et "Enregistrer la cible sous" conseillé / Right clic and "Save target as" recommended)

Ces extraits vidéos sont à titre d'illustration et leur qualité sonore n'est pas représentative du groupe en concert / These small video excerpts are for promotional use only and the low-fi sound is not representative of the band quality in live !


LE CONCERT DE HEADLINE




LE CONCERT DE SYMPHONY X




Tschüß !

RICHTER

Q Pour les photos et extraits vidéos du concert de Headline le 6 avril 2003 aux Trophées du Hard-Rock cliquez ICI

Q Pour les photos et extraits vidéos du concert de Headline le 1er juin 2003 au Festival Rotonde cliquez ICI

Nous ne sommes pas responsables des photos et vidéos.Celles-ci ne sont pas hébérgées chez nous, mais sur les sites des photographes qui les ont prises.Pour tout problème concernant une photo ou une vidéo, merci de contacter directement le photographe par mail et de mettre en copie webmaster@netgoth.fr en précisant le titre de la chronique.

Pour tout problème, commentaire, remarque, soumission de texte ou autre, concernant le texte d'une chronique, contacter webmaster@netgoth.fr en précisant le titre de la chronique.

Retour à l'index de la catégorie