Netgothfr - Chroniques



N°: 6

TROPHEES DU HARD-ROCK

6 Avril 2003, La Locomotive, Paris (75)


Les photos figurant dans cette chronique ne sont pas libres de droit. Prière de bien vouloir contacter le photographe pour toute utilisation.
The pictures contained in this report are copyrighted. Please contact their owner for any use.





(Photos et vidéos par Richter, chronique par Renaud)


Q Vous pouvez retrouver un dossier de huit pages sur les trophées du hard-rock 2002 dans le numéro 91 de mai de HARD ROCK MAGAZINE (p36-43) avec 25 de ces photos publiées.

Q Ces cinq photos du concert de Killers sont utilisées pour l'illustration de la jaquette du CD de Killers "le côté live" (2003).


Tout d'abord, les Trophées Hard-Rock, c'est quoi ? Les Trophées sont le résultat d'un référendum organisé par Hard-Rock Mag permettant aux lecteurs de décerner congratulations et récompenses à leurs groupes préférés au sein de diverses catégories (et dans le désordre) pour l'année 2002: Groupe Français, Groupe de l'année, Album, Groupe espoir, Meilleure Pochette, Meilleur Clip, Meilleur DVD, Chanteur, Guitariste, Bassiste, Batteur, Claviériste, Trophée d'Honneur…

Pourquoi un compte-rendu des trophées Hard-Rock sur ce forum ? Ma foi, parce que nombre d'entre vous (point de honte) se nettoient régulièrement les oreilles à Strapping Young Lad, Limbonic Art, Evergrey, In Flames ou encore Manowar (si si) et lisent en outre (parfois en cachette, mais nous avons les noms) Hard Rock Mag… Par conséquent, faisons fi des clivages et penchons-nous sur l'orchestration de ce cru 2002.




Comme le clament les t-shirts en vente sur le stand de presse, "J'y étais" moi aussi, même si c'est avec une petite mine et un sourire mi-figue mi-raisin… Résumons: un plateau somptueux (Evergrey, Killers, Headline…), quelques excellentes surprises (lives) et quelques autres qui laissèrent comme un goût de trop peu, et dont on cherche en vain le second degré (clips et messages vidéos en provenance des antipodes notamment). Un raisonnable (autant que coutumier) retard d'une petit heure à l'ouverture et enfin nous pénétrons (au frais) dans une Loco transformée pour la soirée en Disneyland true metal, stands de labels (NTS et Brennus), de T-shirts et prix gonflés au bar à l'appui. Que ne ferait-on pas pour la grandeur de l'art, M'sieurs Dames. C'est parti pour quelque 5 heures de gros son, de "pipoles" metal, de congratulations et, on l'espère, de belles prestations… Du moins lorsque ça commencera pour de bon.




Pour une entrée en matière, c'en est une et l'assistance en perd ce qui lui reste de son Latin (qui, paraît-il, varie de façon inversement proportionnelle au taux de Gamma GT)… Tom Englund d'Evergrey, formation metal prog originaire de Suède, flanqué de ses comparses Henrik Danhage à la guitare, Rikard Zander au clavier et Michael Hakansson à la basse ouvrent la soirée dans une formule acoustique et feutrée, hélas trop courte (deux morceaux, dont la ballade "I'm Sorry" figurant sur "Recreation Day", leur 4ème et dernier album), qui, ils le confieront plus tard en coulisses, ne les aura que médiocrement satisfait face à un public déchaîné venu pour en découdre… Un bel exemple en tout cas de polyvalence artistique et de virtuosité, avec une mention toute particulière pour le timbre à la fois chaud, rauque et puissant de Mr Englund qui aura su sans le moindre doute conquérir les réticents. Un bref mais formidablement émouvant moment.




La remise des trophées s'amorce et comme de coutume, ce sont les artistes eux-mêmes qui délivrent les récompenses à leurs pairs. On voit ainsi arriver sur scène un chevelu hilare: Marc Varez, batteur ("fou") de Blackstone, sur place pour décerner le trophée du groupe français préféré à une formation prometteuse aux relents Nightwish-ien: Headline.




Dans la même catégorie seront également récompensés Manigance et Killers (premiers ex æquo), qu'on ne présente plus: combo du bayonnais Bruno Dolheguy (récompensé par Vincent Puzilo de Vulcain, autre vétéran du metal hexagonal et Alain Ricard du label Brennus) au line up remanié certes, mais dont le verbe a conservé toute la hargne et la vindicte qui en firent l'un des fers de lance du mouvement avec Trust… Sauf que Bernie est passé à autre chose et de Trust il ne reste plus grand chose, tandis que Killers a expectoré encore récemment un nouvel album aussi rageur et mélodique qu'aux premières heures: "Habemus Metal".




Bruno se fera d'ailleurs, l'espace d'un instant, porte-parole de toute la scène française "qui en a chié" et de tous les jeunes groupes "qui en veulent" dans un pays dont le bon goût artistique semble se résumer au sirop assassin des lolitas courtement vêtues et autres onomatopées pseudo-contestataires encensées au nom du contrat de ville et de la promotion de "lard 2 rue"… Derrière son accent basque à découper à la tronçonneuse, on devine que le Bruno, il en a "chié" aussi…




Et il donnera tout dans un live explosif, lancé avec "Le Côté Sombre", titre à la mélodie meurtrière extrait du dernier album de Killers. Après un second assaut sonore intitulé " Fils de la Haine", Bruno, à la fois humble et facétieux, annoncera à un public extatique une reprise du "Black Wind Fire And Steel" de Manowar (en Français s'il vous plait), donnant toute sa raison d'être à l'impressionnante musculature de son bassiste, qui n'avait rien à envier à Joey de Maio. Ils clotureront leur set avec "Overkill", autre prise (mais cette fois de Motörhead) en duo avec Vulcain…




Histoire de redescendre en douceur, on enchaînera sur les catégories "chanteur", "album" et "espoir", les trois trophées étant raflés par André Matos - ex Angra, son groupe Shaman et leur nouvel album, "Ritual"… Les trophées furent remis par Tom Englund d'Evergrey à… non pas à André Matos (présent en esprit ?), mais aux représentants de son fan club avant la diffusion du clip "Fairy Tale". Signalons que Dream Theater, retenus à New York par l'enregistrement d'un nouvel album et gratifiés, pour leurs membres, des titres de meilleurs batteur, claviériste et guitariste - respectivement Mike Portnoy, Jordan Rudess et John Petrucci, ex æquo pour la descente de manche avec Michael Romeo, guitariste prodige de Symphony X (qui lui sera présent pour recevoir son trophée), nous permettront par leur absence de faire connaissance avec les sympathiques portes-parole de leur fan club… Aussi. Anecdote amusante: les trophées furent remis par le "plus-chevelu-tu-meurs" bassiste de Dragonforce qui, conscient de la possible méprise précisera en un hésitant Français qu'il "n'était pas le bassiste de Dream Theater"…




Sacré meilleur clip ex æquo avec "Cloud Connected" de In Flames, Headline sera gratifié d'un second prix remis par Chris Boltendahl de Grave Digger, pour la vidéo de "Exorcise Me" à l'atmosphère païenne et chamaniste, martelant avec virtuosité un power / prog metal d'excellente facture… Envoûtante. Headline interprètera un autre titre au cours d'une courte session live énergique, emmené par sa plantureuse vocaliste: "In High Dungeon".






Dans la foulée, Mr Romeo recevra, des mains de Roland Grapow (Masterplan, ex Helloween) et Mike Amot (Spiritual Beggars, Arch Enemy), au nom du groupe entier (Symphony X donc) le trophée de la pochette préférée 2002 pour l'album The Odyssey, au graphisme superbe représentant l'épisode des sirènes de l'Odyssée d'Homère (d'Ulysse, oui aussi)…

Revenons une dernière fois aux récompenses avec le trophée d'honneur, décerné pour l'ensemble de sa carrière au groupe mythique inventeur, ou peu s'en faut, du true / power metal et ce en dépit de ses changements de line up (dont les départs des respectés et respectables Michael Kisken et Kai Hansen): Helloween. C'est Marcus Groskopf, à la fois roublard et ému qui, esquissant quelques pas de danse en arrivant sur scène sa bière à la main et bientôt rejoint par Roland Grapow, recevra ce trophée des mains d'une autre pointure du heavy: Ronnie Atkins, chanteur des Danois Pretty Maids, et l'une des plus belles, des plus charismatiques voix du metal, accompagné de son comparse Ken Hammer. On regrettera bien sûr d'avoir dû se contenter d'un clip d'Helloween ("I Can"), plutôt que d'en jouir en live, mais bon… Notons au passage que les Pretty Maids sortent ce mois-ci "Alive at Least", enregistré en 2000 - 2001 et mixé par Tommy Hansen (Metalium, Rage, Helloween…). Bref, de quoi mettre tout le monde d'accord avec un groupe qui aurait aussi mérité ce trophée, d'autant que le succès commercial n'a pas toujours été au rendez-vous pour cette formation méritante et homogène.

Pour en terminer avec les récompenses, saluons le prévisible mais néanmoins légitime choix des lecteurs de Hard-Rock qui décernent à Steve Harris et Iron Maiden les titres de meilleur bassiste, meilleur groupe et meilleur DVD de l'année 2002 pour le "Rock in Rio". Retenus en studio, les piliers de la vierge de fer nous feront part, via enregistrement vidéo, de leur émotion et de leur satisfaction face à une telle fidélité qui transcende leurs quelque 23 ans de carrière, avant un extrait de leur nouveau DVD.




Côté live, signalons la brillante prestation des français de Manigance, mettant à l'honneur pour l'occasion le caractère sans âge, au delà des générations, du heavy metal de qualité, entre icône d'âge canonique et ancien fan, avec un duo inoubliable Manigance - Pretty Maids : "Future World", hymne de Pretty Maids entonné, chanté, scandé à deux voix… Glorieux…




Les trophées proprement dits prirent fin avec un live - première partie de Therapy? dont on se demande toujours s'ils existent encore à chaque nouvel album. La preuve avec la sortie de "High Anxiety", qui marque un retour aux bombes rock'n'roll de l'époque de "Troublegum". C'est d'ailleurs un public ravi qui secouera ses cheveux sur un "Nowhere" énergique, enthousiaste et électrisant.






Clôture de la soirée: un concert des Spiritual Beggars et leur heavy stoner vigoureux aux fragrances de Black Label Society. Efficace, viril, parfumé à la bière, des clochards aussi spirituels que ceux de Kerouac étaient célestes, on ne gardera qu'une image: celle d'un baroudeur bien campé sur ses jambons, tenant fermement son pied de micro, bardé d'une cartouchière n'ayant rien à envier à celle de Lemmy… Sensuel, subtil, animal… Rock n' Roll !

Sepul-râle-ment vôtre,

Renaud / evil.muffin.666


LES VIDEOS
(Clic droit et "Enregistrer la cible sous" conseillé / Right clic and "Save target as" recommended)

Ces extraits vidéos sont à titre d'illustration et leur qualité sonore n'est pas représentative du groupe en concert / These small video excerpts are for promotional use only and the low-fi sound is not representative of the band quality in live !


LE CONCERT D'EVERGREY




LE CONCERT DE KILLERS




LE CONCERT DE HEADLINE




LE CONCERT DE MANIGANCE




LE CONCERT DE THERAPY




LE CONCERT DE SPIRITUAL BEGGARS




LES CLIPS SUR ECRAN GEANT




Ci-dessous un titre intégrale du concert: "Black wind, fire and steel" de KILLERS (13 Mo).




Tschüß !

RICHTER

Nous ne sommes pas responsables des photos et vidéos.Celles-ci ne sont pas hébérgées chez nous, mais sur les sites des photographes qui les ont prises.Pour tout problème concernant une photo ou une vidéo, merci de contacter directement le photographe par mail et de mettre en copie webmaster@netgoth.fr en précisant le titre de la chronique.

Pour tout problème, commentaire, remarque, soumission de texte ou autre, concernant le texte d'une chronique, contacter webmaster@netgoth.fr en précisant le titre de la chronique.

Retour à l'index de la catégorie