Netgothfr - Chroniques



N°: 143

HANIN ELIAS + PUNISH YOURSELF + HUMP

17 Février 2005, Nouveau Casino, Paris (75)


Les photos figurant dans cette chronique ne sont pas libres de droit. Prière de bien vouloir contacter le photographe pour toute utilisation.
The pictures contained in this report are copyrighted. Please contact their owner for any use.





(Photos et vidéos par Richter, chronique par Hjzz)


Hump! + Punish Yourself + Hanin Elias. Une affiche alléchante pour cette soirée baptisée "Future Noir", en hommage au dernier album de la sulfureuse Berlinoise. Les trottoirs débordent, et le Nouveau Casino ne pourra accueillir tous ceux qui s'étaient déplacés ce soir là. Salle comble.


LE CONCERT DE HUMP





Un sample de guitare émerge de la scène. Noyés dans un épais rideau de fumée, les parisiens de Hump! ouvrent le bal goth-cyber-punk-indus : “Almo”, “The Other”, “NoName”… Hump! nous entraîne dans son univers sombre, ses rythmiques lourdes, parfois tribales, toujours au fond du temps, ses basses épaisses qui parfois s’envolent en dissonances saturées, son chant grave et chaud. On pense à Killing Joke... Vient ensuite le meilleur moment du set, quinze minutes de musique sans interruption : une basse distordue, seule, entêtante, qui déferle sur l’introduction de “Humpf”, un riff puissant, joué à l’unisson par les cinq musiciens. Le morceau se termine sur une explosion barbare de la batteuse, d’où émerge l’étrange “Pink”, lyrique et majestueux… Riffs accrocheurs, complexes, parfois déroutants, les compositions de Hump! ne sont pas toujours abouties, mais présagent d'un futur pas si noir que ça !

La setlist : Almo, The other, No name, Humpf, Pink, Boite, Last, Penombre.


LE CONCERT DE PUNISH YOURSELF







En backstage, leçon de maquillage par Punish Yourself : mettez-vous à poil, enduisez-vous le corps d'une sous-couche noire puis attaquez les couleurs fluo ! Progressivement, les musiciens se métamorphosent en d'étranges zombies bariolés, sortis tout droit d'un comics underground... Dans la salle, le grillage recouvert d'un rideau qui barre tout le devant de la scène, commence à s'agiter : les fauves entrent dans la cage. Enfin le rideau se lève : ô, punition divine ! Dans une véritable explosion de sons et de couleurs, Punish Yourself rentre dans le lard, direct. Mur de samples indus lacérés de riffs saturés, chant cyberpunk distordu, c'est lourd et frénétique, acide et lascif, implacable. La grille, objet de tous les assauts, oscille dangereusement. Le chanteur la secoue comme un beau diable, les deux girls-caméléon-fluo, scintillantes de lumière noire, l'escaladent et s'y frottent dans un peep-show ébouriffant. Le beat dance-surboosté s'accélère, la fièvre monte, des mains se tendent et caressent furtivement les musiciens à demi-nus... Sex & drugs & rock'n roll, façon Punish Yourself : un show surpuissant, totalement jouissif, au "délicat" parfum de soufre.

La setlist : Primitive, Suck my TV, See ya later Alligator, Rock’n roll machine, Come on, Gays boys in bondage, Gimme me cocaine, Enter me now, C.N.N war, Worms, Station in space, Holy Trhin Thi, Night club, Shadow steel plastic, They don’t want you. Rappel : Sexy, USD.


LE CONCERT DE HANIN ELIAS







Hanin Elias en toute petite tenue SM-Bondage pose ses bottes dominatrices sur scène. Derrière elle, son colossal bassiste-guitariste en jupette et bas troués, le poil aussi noir que le regard, finit de camper le décor, Berlin ! Hanin enchaine les contorsions, tantôt lascive, tantôt furie. Son bijou de voix est bien là, qui nous emporte dans un labyrinthe d'émotions contrastées, de la caresse au hurlement, sans débrayage, à sec ! Une grande dame rien que pour nous... et quel pedigree ! De ses débuts dans Atari Teenage Riot, à ses collaborations avec Alec Empire, John Mascis (Dinausor JR), Thurston Moore (Sonic Youth), Hanin Elias est devenue une figure incontournable de la scène electro-noise-indus de ces 10 dernières années. Les compositions sont splendides, les textes poignants, le chant et la présence d'Hanin irréprochables, mais le show lui-même manque un peu de piment : musiciens trop discrets, bandes pré-enregistrés et vidéo-clips omniprésents... trop playback, pas assez live !

La setlist : In flames, One of us, You suck, Underpressure, Untouchable, After all, Future noir, City lights, Burn, Iced icon, Fight together, Eaten alive, The rats, In my room, War. Rappel : Slaves, No games no fun, Not your business.

Cette soirée Future Noire, la première du genre au Nouveau Casino, a rempli toutes les attentes de ses organisateurs qui certainement vont tenter de poursuivre l'aventure avec la scène goth-cyber-punk-indus. Mais qu'on ne s'y trompe pas, le succès de cette soirée repose en grande partie sur l'incroyable performance scénique des toulousains de Punish Yourself, dont le show ébouriffant n'a pas fini de faire couler de l'encre.

Hjzz


LES VIDEOS
(Clic droit et "Enregistrer la cible sous" conseillé / Right clic and "Save target as" recommended)

Ces extraits vidéos sont à titre d'illustration et leur qualité sonore n'est pas représentative du groupe en concert / These small video excerpts are for promotional use only and the low-fi sound is not representative of the band quality in live !


LE CONCERT DE HUMP




LE CONCERT DE PUNISH YOURSELF




LE CONCERT DE HANIN ELIAS




Tschüß !

RICHTER


Nous ne sommes pas responsables des photos et vidéos.Celles-ci ne sont pas hébérgées chez nous, mais sur les sites des photographes qui les ont prises.Pour tout problème concernant une photo ou une vidéo, merci de contacter directement le photographe par mail et de mettre en copie webmaster@netgoth.fr en précisant le titre de la chronique.

Pour tout problème, commentaire, remarque, soumission de texte ou autre, concernant le texte d'une chronique, contacter webmaster@netgoth.fr en précisant le titre de la chronique.

Retour à l'index de la catégorie