Netgothfr - Chroniques



N°: 114

MAYHEM + CADAVER + DEFILED + SPECTRUMS OF OBLIVION + ANCETRES

5 Mai 2004, La Locomotive, Paris (75)


Les photos figurant dans cette chronique ne sont pas libres de droit. Prière de bien vouloir contacter le photographe pour toute utilisation.
The pictures contained in this report are copyrighted. Please contact their owner for any use.





(Photos et vidéos par Richter, chronique par Hevydevy)


Amateurs de métal extrême et de belles histoires, vous avez sans doute déjà entendu parler de Mayhem. Le groupe norvégien co-fondateur de l’Inner Circle qui n'a pas fait couler que de l'encre était de retour à Paris pour un concert et, plus étonnant, pour une séance de dédicaces qui eut lieu au magasin Dysphorie, le plus gothique des disquaires métal. Une bien drôle d'évolution pour une formation dont les membres s'entretuaient il y a encore quelques années. La seconde curiosité de la soirée est la venue d'un groupe provenant du Japon, un pays pourtant plus connu pour sa scène Visual Rock. C'est Defiled qui représente ce soir le pays du soleil levant.


LE CONCERT DE ANCETRES



Les hostilités furent lancées par les prestations de deux groupes de black metal. Pas beaucoup de monde au moment où résonnent les premières notes saturées. "Saturé" sera d'ailleurs le maître mot ce soir pour qualifier le son tout simplement immonde, en plus d'être trop fort. Le black metal a-t-il forcément besoin de s'exprimer sur scène par un brouhaha inaudible pour le commun des mortels ? On peut en débattre longtemps... Ce qui est certain, c'est que la performance très honnête d'Ancêtres restera entachée par la qualité exécrable du son - hormis lors de l'intro ultra kitch sur les notes du « O Fortuna » de Carmina Burana. Terrifiant...

Le groupe de l'Oise composé de 3 membres seulement, propose un black metal épuré et direct, pas mal de mid-tempos et un petit côté old school pas désagréable. Ancêtres n'aura donc pas démérité. La sono de la Loco non plus, égale à elle-même...


LE CONCERT DE SPECTRUMS OF OBLIVION





Assez curieusement, je n'ai jamais encore vu sur scène le combo parisien qui a pourtant multiplié les concerts ces dernières années. Résolument plus mélodique et un brin plus technique que Ancêtres, Spectrums Of Oblivion pâtira hélas encore plus de la qualité inacceptable du son. C'est d'ailleurs assez incroyable que le gars à la table de mixage ne se rende compte qu'au bout de quinze minutes que la basse grésillait plus que celle de Mortician ! Ceci dit, La Loco fait œuvre sociale en embauchant son quota d’handicapés et d’escrocs en phase de réhabilitation. Rendons-leur cette justice.

Autant dire que pendant toute la première partie du concert, je ne capte pas grand chose à la musique des parisiens, tout simplement impossible à suivre ! Je ne garde donc en mémoire que le dernier quart d'heure qui montre alors que le groupe n'est pas aussi mauvais qu'on le dit. Et ça c’est plutôt bon pour eux...

Les compos agrémentées de quelques parties symphoniques et atmosphériques se laissent écouter, même si on trouve beaucoup mieux actuellement dans ce style – à découvrir d’ailleurs si ce n’est déjà fait : Nyseius. Je suis donc plutôt agréablement surpris par cette prestation que beaucoup m'annonçaient, les corbeaux, comme catastrophique.


LE CONCERT DE DEFILED





Le moment est maintenant venu de voir ce dont les Japonais sont capables en matière de death / black, puisqu’on connaissait déjà Concerto Moon, Saber Tiger, Double Dealer ou Ark Storm pour le heavy mélodique. Eh bien les gars lâchent la bride (Haha) d'entrée et balancent un death maîtrisé, influencé par les standards américains certes, mais néanmoins personnel et très singulier.

On se rend compte en effet rapidement que leur approche de la musique extrême n'est pas tout à fait la même que celle de la plupart des combos. La structure des titres semble plutôt originale : pas d'ossature classique couplet / pont / refrain. Tout est fondé sur des reprises de rythmes diaboliques et des passages barrés qui n'en sont pas moins surpuissants pour autant. Interprétation imparable, musique dévastatrice et originale, il n'en fallait pas plus pour me convaincre que Defiled est un groupe avec lequel il faut compter !


LE CONCERT DE CADAVER



Cadaver, Cadaver Inc, Cadaver... Les américains aiment bien brouiller les pistes ! Pas d'intro somnolente, les musiciens débarquent tambours battant avec du gros death qui tache ! Pas de concession, pas de compromis, pas de recherche musicale non plus. Cadaver va droit à l'essentiel en claquant des titres tous aussi semblables les uns que les autres.

Bien que très intense, la musique de Cadaver n'en est pas moins d'une linéarité consternante. Le chanteur / bassiste, également dans Aura Noir, aura beau peser de tout son poids avec sa voix aussi gutturale et sombre que celle de Cronos (Venom), rien n'y fera. C'est chiant comme la pluie, en plus bruyant.

Mayhem ensuite se fait attendre... Le décor est mis en place, et un gars de l'organisation vient trois fois, à un quart d'heure d'intervalle, dire au public que le show sera arrêté si quelqu'un a la mauvaise idée de monter sur scène. Ce qui, évidemment, n'est pas très bien perçu par le public chaud bouillant.


LE CONCERT DE MAYHEM







C’est sur l'intro de « Whore » qui résonne dans la salle que les joyeux drilles de Mayhem investissent la scène. Première remarque : le son est tout aussi immonde. Bien malin celui qui reconnaîtra les titres en moins de 30 secondes !

Pieds de micro (en bois) sculpté en forme de flamme, Maniac au chant, encapuchonné, couteau sacrificiel au poing... Mayhem fait dans le théâtral et prend la pose, au risque de faire passer SAS de l’Argilière et Misanthrope pour un groupe sobre sur scène. Ce qui est certain tout autant, c'est que les norvégiens dégagent sur scène une aura extraordinaire et ne manquent pas de professionnalisme. La voix effrayante de Maniac, les riffs minimalistes et sombres... Tout est là pour créer une atmosphère glauque, insane et pesante que peu de groupes de ce style sont capables actuellement de restituer sur scène.

Mayhem enchaîne les classiques presque machinalement : « Falls Of Seraphs », « Carnage », « Deathcrush », « Freezing Moon », « My Death » (et j'en oublie)... En rappel : « A Time To Die », devant un public médusé. 1h10 de show exceptionnel que je ne suis pas prêt d'oublier !

Je ne m'attendais pas à voir un Mayhem aussi fringuant ce soir ! Contre vents et marées, les norvégiens sont toujours là et restent une référence dans le genre. Cette soirée aura réservé également une bien belle surprise avec l’excellent groupe japonais Defiled. Finalement, il n’y que la sono de La Loco qui n’aura pas assuré une cacahuète...

Hevydevy


LES VIDEOS
(Clic droit et "Enregistrer la cible sous" conseillé / Right clic and "Save target as" recommended)

Ces extraits vidéos sont à titre d'illustration et leur qualité sonore n'est pas représentative du groupe en concert / These small video excerpts are for promotional use only and the low-fi sound is not representative of the band quality in live !


LE CONCERT DE ANCETRES




LE CONCERT DE SPECTRUMS OF OBLIVION




LE CONCERT DE DEFILED




LE CONCERT DE CADAVER




LE CONCERT DE MAYHEM




Tschüß !

RICHTER

Nous ne sommes pas responsables des photos et vidéos.Celles-ci ne sont pas hébérgées chez nous, mais sur les sites des photographes qui les ont prises.Pour tout problème concernant une photo ou une vidéo, merci de contacter directement le photographe par mail et de mettre en copie webmaster@netgoth.fr en précisant le titre de la chronique.

Pour tout problème, commentaire, remarque, soumission de texte ou autre, concernant le texte d'une chronique, contacter webmaster@netgoth.fr en précisant le titre de la chronique.

Retour à l'index de la catégorie